Gouvernement de la Guadeloupe

Peuplements Amérindiens


Petroglyphe laissé par les Arawaks à Trois-Rivières. Selon les connaissances actuelles, les Arawaks, des amérindiens venus du bouclier guyanais, furent les premiers à avoir occupé la Guadeloupe. Ce peuple pacifique de pêcheurs aurait vécu là jusqu’au IXe siècle.

À cette date, selon une thèse aujourd’hui sujette à controverse, les Arawaks auraient été massacrés à l’arrivée des indiens caraïbes (appelés aussi Karibs ou Caribes), un peuple guerrier pratiquant le cannibalisme, en dehors des femmes qui leur transmirent leur langue. Il est en effet aussi probable qu’en dépit des pratiques initiales des nouveaux arrivants, ces deux peuples se soient métissés pour former une population autochtone originale ayant gardé la trace de la culture précédente, d’autant que les ressources abondantes de la Grande-Terre pouvaient les faire vivre en relative paix avec les autres caribes insulaires de la région.

Ces indiens baptisèrent l’île, Karukera (« l’île de gommier », l’arbre nommé caloucéra en langue caraïbe) ; ils occupèrent les lieux jusqu’à la fin du XVe siècle, c’est-à-dire jusqu’à l’arrivée des premiers européens qui la surnommèrent Calaou çaera, « île aux belles eaux ».

Évolution statutaire de la Guadeloupe

Le 1er décembre 1999, la « Déclaration de Basse-Terre » est signée. Les présidents de Région des DFA proposent au président de la République et au Gouvernement une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d’Outre-mer doté d’un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République française d’une part, et de l’Union européenne d’autre part (article 299-2 du Traité d’Amsterdam).

Le 7 décembre 2003, les électeurs de Guadeloupe ont rejeté à 73 %, le projet de création d’une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire. Le même jour, les électeurs de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont voté en faveur de l’autonomie de leurs communes, devenues par la loi organique du 21 février 2007 deux Collectivités d’outre-mer (COM) distinctes des autres dépendances et de la Guadeloupe.

Le 21 novembre 2004, les îles du département, et notamment l’archipel des Saintes, furent frappées par un violent séisme atteignant les 6,3 sur l’échelle de Richter et causant de nombreux dégâts matériels et un mort.

Le 20 janvier 2009 débute les grèves générales du L.K.P Liyannaj Kont Pwofitasyon qui dureront jusqu’au 4 mars. Ces 44 jours de paralysie affaiblissent l’économie de la Guadeloupe et révèlent un profond malaise social sur fond de crise économique.

En avril 2009, pour trouver des réponses à la crise sociale en outre-mer, Nicolas Sarkozy ouvre les États généraux ; de nombreux ateliers dont l’atelier gouvernance propose un projet d’évolution statutaire à caractère autonome (art. 74 de la constitution) et un projet d’évolution institutionnel (simplification administrative) relevant de l’assimilation législative (art.73 de la constitution)6 soumis à consultation référendaire, à l’instar de la Martinique et la Guyane. Les populations de ces dernières se sont prononcées en deux référendums en janvier 2010, rejetant l’autonomie en faveur la simplification administrative (fusion des assemblées départementale et régionale).

A la demande du président de région, Victorin Lurel, la Guadeloupe décide un report de dix-huit mois des consultations populaires, vu la proximité des scrutins régionaux et la pluralité des évolutions statutaires sollicitées par elle même et par ses dernières dépendances. Ce délai supplémentaire accordé par le chef de l’État, devait permettre la finalisation du projet guadeloupéen et celui ou ceux des îles du sud. Mais en définitive, la Guadeloupe et ses dépendances s’inscriront dans la réforme nationale des collectivités territoriales.

Politique


La Guadeloupe moderne, malgré une organisation administrative et une gouvernance lourde, complexe et confuse par le bicaméralisme de son exécutif, mène une politique active utilisant pleinement ses institutions qui l’intègrent au reste du territoire français en application des directives assimilationnistes que prévoient la départementalisation et l’intégration à l’Union Européenne. Cette orientation qui la rapproche de l’Europe et de la France, limite sa capacité décisionnelle, bride ses responsabilités en faveur d’une mise sous tutelle d’un État providence fort et omniprésent, provoque d’importantes disparités de peuplement, d’aménagement et de développement économique sur son territoire particulièrement entre le continent et les dépendances, et tend à l’isoler de son environnement local, le bassin caribéen, d’où la volonté de changement institutionnel ou statutaire formulée par les élus locaux.

La politique internationale (CARICOM, CARIFORUM, Association des États de la Caraïbe (AEC)…) est entretenue par Paris, même si cette dernière délègue depuis peu la représentation française dans la zone caraïbe au Président de région des trois départements français d’Amérique . Cependant, malgré une organisation institutionnelle parfois inadaptée à la réalité guadeloupéenne, ce schéma politique a permis d’améliorer et d’aligner les infrastructures et les services publics, sanitaires et sociaux au même niveau que la métropole. La Guadeloupe se place donc dans le profil d’un pays développé pour sa qualité et son niveau de vie et se situe au même degré économique qu’un pays en voie de développement. Sa population active qui s’inscrit principalement dans un cadre ouvrier et agricole est un électorat sensiblement ancré à gauche, comme le démontre les scrutins territoriaux.

Économie

La situation économique de la Guadeloupe, fortement déficitaire, est traduite par deux chiffres significatifs : le taux de chômage (22,7 % de la population active en 2007), et le taux de couverture des importations par les exportations (6 % en 1996); elle se classe au second rang des régions les plus touchées par le chômage dans l’Union européenne. En janvier 2010 le nombre de demandeurs d’emploi est de 51860 personnes ce qui augmente le taux de chômage à 23.7% de la population totale soit une hausse de près de 11.5% par rapport à 2009. De plus, un jeune guadeloupéen sur deux est sans emploi.

L’agriculture (canne à sucre, banane, melon, café, vanille, ananas, avocat, orange, citron, carambole, etc.), autrefois moteur économique de l’île, ne survit que grâce aux subventions de l’État et des collectivités locales. « La canne, c’est notre sidérurgie », ont coutume de dire les guadeloupéens et pour cause les industries, peu nombreuses, appartiennent essentiellement au secteur agroalimentaire (sucreries, rhumeries, conserveries). La canne à sucre et la banane, les deux plus grosses productions de l’île, sont en crise. Quant aux cultures fruitières et maraîchères, elles ne parviennent pas à couvrir les besoins des 400 000 habitants; chaque année, la Guadeloupe doit importer plus de dix mille tonnes de fruits et de légumes.

L’industrie représentait selon l’INSEE, 5,4 % de la valeur ajoutée totale du département en 2006 (contre 6,5 % en 1993) et 6,9 % des emplois. Il a partiellement dû son développement aux lois de défiscalisation. De plus, la Guadeloupe compte une dizaine de zones industrielles réparties sur tout le territoire; les activités se concentrent dans l’agglomération pointoise principalement sur le site de Jarry (325 hectares), commune de Baie-Mahault. Cette zone d’activité industrielle (l’une trois premières zones industrielles de France) regroupe 80 % des créations d’emplois des dix dernières années.

Le tourisme est le seul secteur économique à conserver un certain dynamisme ; les bons résultats de l’année 2007 confirment l’orientation favorable de la conjoncture du secteur. Le trafic de passagers à Pôle Caraïbes (hors transit) a progressé de 6,2 %, notamment sous l’effet du développement du tourisme de croisière, en hausse de 26,9 % sur l’exercice ; hors croisiéristes, le nombre de passagers arrivés dans l’archipel a crû de 3,6 %. L’hôtellerie classée a également bénéficié de l’augmentation de la fréquentation ; La Guadeloupe est visitée par une majorité de voyageurs en provenance de l’Hexagone (92 % des flux) devant ceux de l’Italie et de la Belgique.

Published by Century21 on . Last Updated .

Les commentaires sont fermés